Petit retour sur un incident arrivé le 12/04

Accueil Forums La vie du club Sorties Club Petit retour sur un incident arrivé le 12/04

Ce sujet a 1 réponse, 2 participants et a été mis à jour par  Greg, il y a 4 ans et 8 mois.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #4586

    matthieuB
    Membre

    Bonjour à Tous,

    Certains d’entre vous étaient à l’attero du Grand Ratz hier, dimanche 12 avril, vers 18h.
    Ils ont pu constater que je n’étais pas au mieux de ma forme.

    En effet, je faisais un malaise.
    Je pense : insolation + déshydratation et un peu coup de soleil (mais j’avais mis de la crème et je n’ai la peau que quelque peu rosie aujourd’hui).

    Que s’est-il passé ?

    avant de commencer, voici quelques photos du vol d’hier : 12 avril 2015 (Michel, tu aurais dû rester en l’air. C’était magnifique ! :-))

    Tout simplement :
    – il ne faut pas présumer de ses forces
    – il faut boire
    – il faut se protéger du soleil.

    En effet, voici le récit abrégé de notre vol, à Grégory et moi.

    1. Nous sommes partis du déco à 15h environ pour une montée à pied d’1h30
    le trajet s’est bien passé. Nous avons avancé tranquillement.
    2. Arrivés au déco, nous constatons que les conditions sont optimales. Manche à air à l’horizontale et dans l’axe du décollage. Nous nous posons, buvons un peu (ce que nous avons fait régulièrement durant la montée), discutons avec les copains sur le point de décoller (Michel, etc.)
    Nous nous préparons sans stress.
    3. Décollage aux petits oignons, face vol, tout bien.
    4. On exploite la crête, ça marche un peu au nord du déco, puis un peu au sud, puis nous revenons au-dessus du déco où ça marche carrément bien, puis nous trouvons un petit cumulus un peu au nord à l’arrière du déco, au-dessus du plateau, et là, c’est le plaf’ (environ 2400 d’après l’altimètre de Grégory – je n’avais qu’un vario de poche prêté par Michel).
    5. Et là, on se dit pourquoi pas la Grande Sure. Et sans trop se poser de questions, nous y allons.
    6. Transition en finesse max pour ma part. Je me dis, est-ce que ça va passer ? Je repère des terrains pour me vacher. je rejoins la Grande Sure un peu bas à mon gout, avec un échappatoire du côté de St Joseph de Rivière.
    7. Je rejoins une falaise bien ensoleillée en me disant que je vais pouvoir me refaire pour aller au sommet.
    8. Je me refais. J’enroule tout ce qui passe. J’exploite au maximum la face, petit à petit, étape par étape. Je vois des potes (dont Grégory) passer bas, puis se refaire aussi.
    9. Je tente le sommet mais me retrouve à perdre de l’altitude. Dans la dégueulante d’un thermique plus au sud surement. Je reviens au nord et j’exploite au max la falaise que je connais un peu pour monter au max.
    10. Je suis assez haut pour rentrer. On se demande, avec Gregory, si finesse max ou taux de chute mini, on opte pour un compris, en fonction de notre vario.
    11. La transition retour se passe bien. J’enroule un peu au-dessus des champs labourés et au-dessus de la ferme derrière le déco. J’arrive du coup bien haut au-dessus du déco. Ce qui me permet de faire 2 ou 3 séries de 360 pour descendre un peu, remonter, redescendre, remonter. Quelques tangages aux oreilles accéléré aussi.
    Je reste haut. Ca doit faire 1h30 au moins qu’on vol. Ma caméra a rendu l’âme de sa batterie.
    12. Je fais un ou 2 essuie-glace assez haut sur la crête. Puis nous décidons, Grégory et moi, d’aller nous poser car un peu fatigués (mais pour ma part, sans vraiment m’en rendre compte. Je me sens très bien).
    13. Direction l’attero. J’écoute le Vario et je joue sur les basses vitesses quand je zérote. Du coup, j’arrive aussi haut au-dessus de l’attero que je suis parti de la crête.
    14. J’en profite pour faire des exercices.
    Au moins 3 séries de 360.
    Des demi-tours pendulaires.
    Du tangage à gogo.
    Du roulis.
    15. Et finalement me poser en plein milieu du terrain puis courir jusqu’à l’air de pliage.

    16. Là, j’ai un peu chaud, car je suis couvert et le vent relatif n’est plus là pour me rafraichir. J’étais super bien en l’air.
    J’enlève donc toutes les couches pour avoir moins chaud.
    Je plie donc ma voile en plein soleil, sur l’attero, torse nu, en petit tenue.
    Les voiles pliées, nous nous posons avec Grégory pour observer les copains qui atterrissent. Je finis le peu d’eau qui me reste.
    Et là, je ressens une intense chaleur interne.

    Et c’est là que vient le malaise :
    – perte de repaires
    – impossibilité de me tenir autrement que couché (Position Latérale de Sécurité – je connais, je suis sauveteur secouriste)
    – j’ai trop chaud.

    Je vous passe les détails, mais j’ai senti dans la voix des copains (merci Raphael, Olivier, mais surtout , Alexandra et Grégory pour leur aide) que l’on s’inquiétait pour mon état. Moi-même, je sentais que c’était aigu.

    Avec de la patience, j’ai terminé chez moi, à me coucher, boire un ou 2 litres de boissons réhydratante. Et dormir.

    Que s’est-il passé :
    – J’ai tiré sur la suspente de mes forces, jusqu’à rompre.
    En effet, depuis le début de la semaine, après plusieurs mois de convalescence pour mon poignet, j’étais plutot « à fond » :
    – 2 jours de grande voie à Buis les Baronnies (mardi et mercredi)
    – jeudi : montée au Grand Ratz à Pied et vol d’une heure tout seul dans un Grand Ratz de fin de journée (photo ici (09/04/2015))
    – vendredi slackline
    – samedi plantage d’oignons et d’échallottes toute la journée (+ 1 montée en haut d’Herbeys en vélo depuis Grenoble)
    – Dimanche : montée au Grand Ratz à pied + 2h de vol par une belle journée ensoleillée : vol prenant et consommateur en énergie

    De plus, j’ai dû boire 1l d’eau en tout entre le départ de l’attero et le retour à l’attero 3h30/4h plus tard.

    J’avais une grosse couche de crème solaire. Mais ça ne vaut pas un chapeau/

    Donc :
    – prenez de l’eau en quantité suffisante (quitte à vous charger un peu)
    – pensez à vous protéger après l’atterrissage. Le vol est terminée, pas la journée.
    – apprenez à connaitre vos limites.

    Je suis heureux de ne pas avoir connu ce malaise en vol.

    Je suis désolé pour ceux qui ont du me ramasser à la petite cuillère. Je vous dois une fière chandelle. Merci encore du fond du coeur pour votre aide et votre soutien durant ce difficile moment pour moi (je ne bois pas beaucoup, je n’ai eu qu’une fois l’occasion de me sentir minable ainsi).

    A bientot sur un site de vol.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 4 ans et 8 mois par  matthieuB.
    #4601

    Greg
    Membre

    Bonjour. Merci pour ce retour d’experience Mathieu.
    Juste une précision, c’est 2080 que mon vario a affiché, et non 2400, j’ai dû mal articuler, je pense.
    Beau vol quand meme, et je suis content que tu ailles mieux l’ami 🙂

    A bientot

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.